Connaissez-vous le miso ? C’est un produit que j’utilise depuis quelques petites années, notamment pour élaborer mes soupes miso dans lesquels je mets des champignons, des dés de tofu, et même du radis noir, du fenouil, de la choucroute crue. Une soupe détox par exemple et qui est excellente ! La recette de base, je l’ai trouvée dans le livre d’Amandine Geers et Olivier Degorce sur le régime IG bas.

J’ai l’habitude de consommer le miso d’orge et le miso de riz, de chez DANIVAL. Ces produits sont fabriqués en France selon une ancienne méthode artisanale issue du savoir-faire ancestral japonais.

Qu’est-ce que le miso d’abord ?

Le miso est obtenu par fermentation naturelle du soja, du blé, de l’orge ou du riz, avec du sel marin et un ferment appelé kôji.

une première fermentation aérobie (inoculation de la céréale par le champignon Aspergillus oryzae avec circulation d’air) dure 3 jours et donne le koji,
une deuxième fermentation anaérobie (sans circulation d’air) est plus longue.

Pour le miso d’orge, au moins 6 mois d’affinage sont nécessaires pour développer toutes les saveurs.

Miso d'orge misspat

Le miso peut aussi être affiné pendant une longue durée, jusqu’à trois ans. Il se conserve facilement et longtemps, même une fois entamé, à température ambiante.

La saveur de ce produit est assez étonnante si on le goûte à la petite cuillère. Avec un goût très corsé et très salé, il sert de condiment dans les préparations.

Le miso jeune, Shiro Miso

Aujourd’hui, je découvre le miso de soja et de riz jeune, de Danival.

Miso blanc misspat
Sa fermentation est très courte : 3 à 4 jours en fonction de la saison. La texture est onctueuse, et son goût est très doux. Il peut se manger à la petite cuillère celui-là ! Il peut être utilisé pour les préparations salées comme sucrées.

Comme je suis vraiment habituée aux miso d’orge et de riz, j’avoue avoir été déçue par le miso jeune que je trouve bien trop doux à mon goût. Pour le sentir dans les préparations, on est obligé d’en mettre davantage. Je ne suis donc pas convaincu par ce nouveau venu chez Danival, mais c’est évidemment un avis très personnel de quelqu’un qui aime encore et toujours les goûts bien typés, corsés, épicés en général !

Cependant, dans la petite crème que je vous présente ici, il se sent bien, et j’ai réussi à l’apprécier pleinement. C’est un produit à découvrir ! Si vous êtes curieux, n’hésitez donc pas à tester.

*

Crème pois-chiche et légumes d’hiver, au miso blanc

Pour 4 bols

Préparation : 15 minutes

Cuisson : 15 minutes

Crème miso blanc et pois-chiche misspat

Les ingrédients :

  • 300 g de courge butternut (non épluchée)
  • 200 g de panais
  • 200 g de pois-chiches cuits
  • 2 cuillères à soupe de miso blanc
  • 2 cuillères à soupe de sauce de soja
  • 20 cl de crème végétale d’avoine
  • 1 cuillère à soupe d’huile d’olive ou d’huile de coco
  • 1 gousse d’ail

La préparation :

Laver et essuyer la courge butternut et les panais dont on aura retiré les bases et les radicelles. Inutile de retirer la peau de la courge butternut qui se mange sans problème. Couper en dés les deux légumes. Eplucher et couper en deux la gousse d’ail.
Faire chauffer l’huile dans une casserole. Jeter les dés de légumes, l’ail et cuire le tout pendant 15 minutes avec la sauce de soja, jusqu’à ce que les légumes deviennent tendres. Ne pas hésiter à baisser le feu pour éviter qu’ils accrochent et grillent dans le fond. Remuer régulièrement.

Ajouter la crème végétale, les pois-chiches cuits, le miso blanc et passer le tout au mixeur afin d’obtenir une crème lisse et soyeuse.

Cette crème se déguste chaude ou à température ambiante en guise d’entrée ou en apéritif, dans des petites verrines.

Crème miso blanc et pois-chiche 1 misspat

 

Je parle miso, et ça me fait penser que le nouvel ouvrage de Mathilda Motte, blogueuse chez Cuisine en bandoulière a pour thème le miso ! En collaboration avec Danival et publié chez les Editions Sud-Ouest, cet ouvrage permet d’apprendre à cuisiner les différents types de Miso tout en gaieté !

 

Couverture le miso

 

Si vous souhaitez en savoir plus sur son ouvrage, n’hésitez pas à aller sur le site de Mathilda, sur ce lien, qui en parle beaucoup mieux que moi !

*

Et vous, connaissez-vous le miso ? L’utilisez-vous dans votre cuisine ?

 

Misspat