Considérations personnelles

Lecture Par 18 mai 2015 Tags: 9 Commentaires

 

En ce moment, le quotidien est un peu chamboulé. Normal, nous déménageons. Cette nuit pour la première fois nous avons dormi dans notre nouveau chez nous. Mon petit bonhomme n’a pas voulu y croire au début. Il s’est senti très perturbé de ce changement et a pleuré pendant près d’une demi-heure avant de s’endormir car il souhaitait retourner « à la maison ».

La maison… le lieu où nous nous sentons chez nous, le lieu où nous nous lovons pour des moments paisibles.

Aujourd’hui, j’ai un pincement au coeur et un sentiment de nostalgie à l’idée de quitter l’appartement dans lequel nous avons et j’ai construit les choses essentielles de mon existence (notre couple avec un enfant, un chat… un blog et le travail qui en découle ! ). Pourtant, depuis que je me suis envolée du nid parental, j’ai déménagé très fréquemment, et avec très peu d’états d’âme sur le lieu que je quittais à chaque fois.

Tout dépend finalement de ce que j’ai vécu dans la « maison » que je quitte, de quels souvenirs j’y laisse. C’est la deuxième fois que je ressens un tel déchirement. Pourtant, nous allons vivre dans un appartement plus grand et que j’aime, d’emblée, beaucoup mieux que le précédent.

Je suis peut-être (et sûrement… ) une personne profondément nostalgique (et ne le sommes-nous pas tous, d’ailleurs ? ). 

*

L’aptitude à se servir du passé pour un futur meilleur, et à s’en rappeler de manière sereine, et même parfois avec amusement, sans nostalgie…

La faculté à s’imprégner du présent, à le vivre intensément sans s’encombrer des émotions négatives du passé…

Tendre à supprimer les peurs, les blocages qui nous encombrent et qui n’ont plus lieu d’être aujourd’hui. 

 

Voici le vrai challenge pour se sentir pleinement heureux d’exister.

*

 

J’accepte totalement mes moments de nostalgie.

Je laisse s’exprimer mes émotions, mes ressentis, je ne les bloque pas. Je n’en parle pas forcément. Joie d’exister, oui… mais on ne peut pas être heureux tout le temps !

J’écoute de la musique, je me concentre sur le présent (comme le répétait si fréquemment ma prof de français du collège : « ici et maintenant ! »). Et les émotions douloureuses s’effacent alors doucement, naturellement pour faire place à la joie d’être là et au désir de faire et d’être. 

Je réfléchis souvent à toutes ces notions en ce moment. Pour des raisons très personnelles et très actuelles de mon existence. 

Je pense à ma dernière lecture. Un roman de Métin Arditi (un cousin éloigné de Pierre… ) : « Loin des bras », des Editions Actes Sud. 

 

Loin des bras

Ce roman parle justement des meurtrissures du passé qui reviennent régulièrement faire surface dans l’existence de chacun des personnages, et de la nécessité d’avancer malgré tout. 

C’est un beau roman qui amène à la réflexion, qui raconte la beauté de l’art et du « être ensemble » capablent de sublimer les souffrances humaines.

*

Extrait :

Certains jours, je me dis : Vraiment, dans la vie, tout peut recommencer.

– Que faire des souvenirs ? demanda Vera.
– Vous pensez à eux, et en même temps vous ne pensez pas à eux.
– En même temps ?
– En même temps, Vera. C’est ça, la vie. Savoir qu’on ne peut pas oublier. Et faire comme si on avait oublié.

 

Je connais une personne qui m’est chère et qui souffre beaucoup de ce passé. Encore aujourd’hui. Alors que c’est une personne d’âge « mûr ». Une personne qui n’a pas pu « tourner la page » sur nombre de ces douleurs passées et surtout, qui n’a pas toujours conscience que ses agissements d’aujourd’hui, parfois incohérents, appartiennent aux événements du passé. 

Que faire des émotions qui nous encombrent et dont nous ne voyons plus du tout l’utilité dans notre propre présent ? Doit-on les combattre ? 

Je pense qu’il est utile d’abord de LES RECONNAÎTRE.

Distinguer dans nos comportements, dans nos sentiments, nos émotions, tout ce qui appartient au passé et qui se révèle incohérent à notre réalité d’aujourd’hui. Prendre conscience de tout cela est une première étape mais elle n’est pas évidente. Et vous me direz que la conscience n’apporte pas forcément tout de suite la solution. 

Mais ce jeu est intéressant et permet de mieux se connaître, et de construire sa propre intelligence émotionnelle. Cet exercice demande de se reconnecter à l’enfant qui est en nous. 

On peut lui parler ensuite, et le rassurer. Lui dire qu’aujourd’hui, les choses sont différentes. Le passé ne s’oublie pas. C’est normal. Mais il convient de le considérer sans qu’il prenne le pas sur le présent.  

 

*

Allez, c’est promis, le prochain post sera gourmand 😉

A bientôt, et n’hésitez pas à me laisser vos commentaires !

Miss Pat'

9 Commentaires

  • emma dit :

    Beaucoup de merveilleux souvenirs en perspective dans votre nouveau cocon…..C’est tout ce que je vous souhaite. Peut être pour le petit bout faudrait il l’impliquer dans la déco de sa chambre, d’un coin bien à lui ou pas de la nouvelle maison afin de l’aider à prendre ses marques à y faire son territoire. Organiser une chasse au tresor dans la maison en disséminant des petits cadeaux un peu partout…..juste des pistes, des idées si ça peut vous aider ce serait super.
    Bcp de courage de bonheur et d’amour.

  • Virginie dit :

    Je vous souhaite beaucoup de bonheur dans votre nouveau chez vous !!! Bisous

  • kareva dit :

    Le challenge c’est d’en faire un cocon douillet et de s’y sentir bien.Vous êtes en famille et c’est le principal.Dans un mois , avec les beaux jours, le moral reviendra.L’avantage quand on déménage, c’est que c’est un nouveau « moteur » pour se donner des objectifs dans la vie…il faut éviter de « s’encroûter »..Bonheur à vous tous)
    Kareva

  • kali dit :

    Si je te disais qu’aujourd’hui j’ai acheté un livre qui parle de se libérer des émotions négatives venant du passé et qui nous empêchent d’avancer. Belle coïncidence.
    Bienvenue chez toi

  • cricri50 dit :

    Ah! les déménagements!! Beaucoup de travail,plein d’émotions.Le temps de s’approprier son nouveau nid,(matériel,affectif)de le faire sien,(rangements,décos,odeurs). Ce n’est pas une nouvelle vie,c’est juste la continuité mais en l’embellissant.Que du bonheur! Dans quelques jours quand le stress sera retombé,tu auras plaisir d’y vivre,sans oublier les beaux moments de vie familliale dans l’autre.Bon courage.Bisous.

  • jo dit :

    beaucoup de joie et bonheur dans votre nouveau appartement
    une fois décoré à votre façon la vie sera belle jocelyne

  • Mamounette85 dit :

    Je te dis bravo de vouloir et de pouvoir partir et déménager à chaque fois que tu peux. Je l’ai fait pendant des années pour diverses raisons, en l’occurrence le travail de mon époux, et je ne regrette rien non pas du tout. Je conseille même aux gens d’aller de l’avant en changeant de région et en s’acclimatant dans de nouvelles maisons. Un jour ton rêve se réalisera et tu habiteras où vraiment tu veux, l’âge aura pris le dessus, qu’importe c’est d’être heureux et d’avoir eu une vie pleine de voyages. Bon courage à toi

  • Coco dit :

    Tout plein de bonheur pour cette nouvelle aventure. Je suis un peu comme toi car moi aussi je déménage début juin, et tout est à redémarrer. Cela faisait onze années que j’étais dans ma maison, je suis aussi nostalgique et en même temps heureuse, car je vais retrouver une partie de ma famille (enfants et petits enfants)Bon courage et pleins de belles choses pour toi et ta famille

  • emma dit :

    Beaucoup de merveilleux souvenirs en perspective dans votre nouveau cocon…..C’est tout ce que je vous souhaite. Peut être pour le petit bout faudrait il l’impliquer dans la déco de sa chambre, d’un coin bien à lui ou pas de la nouvelle maison afin de l’aider à prendre ses marques à y faire son territoire. Organiser une chasse au tresor dans la maison en disséminant des petits cadeaux un peu partout…..juste des pistes, des idées si ça peut vous aider ce serait super.
    Bcp de courage de bonheur et d’amour.

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *